Salle de spectacle Dolbeau-Mistassini — un théâtre en région

Projet finaliste aux Prix d’Excellence de l’Ordre des architectes du Québec 2009
Catégorie : bâtiment culturel

Award of Excellence 2006 - Canadian Architect


Vue de la façade avant avec la marquise traditionnelle. Le titre du bâtiment est écrit sur le vitrage. Crédit photo : Marc Gibert – adecom.ca



En février 2006, Paul Laurendeau a remporté le concours d’architecture pour la conception de la Salle de spectacle Dolbeau-Mistassini au Lac-Saint-Jean.

Le projet a été réalisé en consortium avec Jodoin Lamarre Pratte et Associés architectes.


Le concours

En 2005, la Ville de Dolbeau-Mistassini a lancé un concours d’architecture pour se doter d’une salle de spectacle d’une capacité de 500 places pour accueillir les troupes en tournée à travers le Québec.

L’auditorium existant situé au Cégep Jean-Dolbeau était inadéquat pour tenir des performances de niveau professionnel.

Vue de la salle à partir de la scène. Crédit photo © Marc Gibert.

La salle a été conçue selon une forme circulaire pour donner l’intimité des anciennes salles sombres et riches.

Elle comporte un parterre de 300 sièges et deux balcons de 100 sièges chacun pour un total de 500.

Paul Laurendeau, en concevant ici son premier théâtre, a utilisé les 3 couleurs traditionnelles associées au théâtre : noir, rouge et or.


Un plan symétrique

Plan du rez-de-chaussée de la salle de spectacles.

Pour créer une procession, les espaces publics ont été alignés le long d’un axe central conduisant de la rue et la salle.

Les fonctions se suivent en enfilade pour renforcer la perspective en passant par le hall et le foyer.

Un jardin a été prévu sur le côté du foyer pour permettre d’ouvrir l’espace à la verdure durant l’été.


Influences et inspirations

Les théâtres européens du 19e siècle ont été une grande inspiration avec leurs balcons étroits qui enrobent la salle.

Le velours rouge, l’intimité, les contrastes d’éclairage. Peu de salles sont conçues de cette manière au Québec.

Vue intérieure de la salle avec 2 balcons. Crédit photo © Marc Gibert – adecom.ca

Le projet soumis au concours d’architecture ne comportait qu’un seul balcon.

Par la suite, un deuxième balcon a été proposé au client pour rapprocher les spectateurs de la scène et augmenter la hauteur de la salle.

Cette proposition a été approuvée à l’unanimité.

Théâtre Marie Bell à Paris comme référence. Des petits balcons intimes forment les murs de la pièce.

Paul Laurendeau a visité des théâtres européens pour voir comment ces anciennes salles fonctionnaient.

Le théâtre Marie Bell à Paris comporte des balcons étroits avec garde-corps de couleur or et des sièges de velours rouge.


Les meilleures places

Dans un théâtre, les meilleures places sont situées au centre du parterre et du premier balcon.

Vue du premier balcon vers la scène. Crédit photo © Marc Gibert – adecom.ca

Dans l’axe central, la visibilité de la scène est optimale.

Dans les théâtres anciens, cette place était souvent occupée par la loge du roi ou du chef d’état.

Les balcons ne comportent que 2 rangées. Crédit photo © Marc Gibert – adecom.ca

Les côtés des balcons ont été conçus comme des loges avec des fauteuils individuels. Ces places offrent des vues en plongée sur la scène et permettent de voir l’artiste de près.

Anciennement, les côtés de la scène étaient également occupés par les loges des rois et des chefs d’état.


Bâtiment existant à remplacer

Vue du nouveau théâtre sur le site de l’ancienne école. Crédit photo © Marc Gibert.

Une marquise avec une série de point lumineux reprend des éléments typiques aux théâtres.

Pour construire la nouvelle salle de spectacles, la ville a choisi le site de l’École Saint-Michel devenue inoccupée.

Vue de l’école Saint-Michel en 2005, conçue par l’architecte Jean-Claude Lebeuf, un an avant son remplacement.

La partie hors sol de l’ancienne école Saint-Michel devait être démolie.

Les petites salles de classe ne permettaient pas d’accommoder les plus grands espaces du théâtre.


Le foyer remplace le gymnase

Le foyer construit sur les fondations de l’ancien gymnase. Crédit photo © Marc Gibert – adecom.ca

Le foyer de la nouvelle salle a été construit en partie sur les fondations de l’ancien gymnase de l’école Saint-Michel.

L’objectif était financier : il était plus économique de réutiliser une partie de la construction existante que de tout démolir et reconstruire.

Le gymnase de l’ancienne école Saint-Michel. Ses murs seront utilisés pour les fondations du foyer de la salle de spectacle.

La réutilisation de murs de fondation de l’ancienne école a déterminé la largeur du bâtiment de la nouvelle salle de spectacle.

La partie comprenant la salle et la scène a été construite au-delà des limites de l’ancien gymnase, empiétant dans le terrain de stationnement à l’arrière ou se tient le festival du bleuet à chaque été.

Vue des nouvelles toilettes construites dans l’espace en sous-sol de l’ancien gymnase. Crédit photo © Marc Gibert – adecom.ca

Les nouvelles toilettes ont été construites en sous-sol, en partie sous l’espace du foyer.

La blancheur contraste avec le foyer noir et la salle rouge.


Le plafond

Le plafond était un élément architectural très important dans les anciennes salles de spectacles, souvent orné de peintures, fresques et ornementations.

Plafond de la salle de spectacle recouvert d’un tissu or. Crédit photo © Marc Gibert – adecom.ca

Pour Dolbeau-Mistassini, un plafond acoustique composé de panneaux de fibre minérale rigide a été prévu. Les fresques traditionnelles ont été remplacées par un tissu de théâtre de couleur or.

Après des séances de travail avec les ingénieurs en mécanique, douze grilles de ventilation ont été intégrées dans la forme circulaire.


Le lustre rétractable

Lustre au plafond de la salle. Crédit photo © Marc Gibert

Un lustre de cristal forme la pièce maîtresse de la salle. Suspendu au centre du plafond sur un treuil motorisé, il se rétracter au début de chaque spectacle.

 

Équipe et réalisation

Architecte : Paul Laurendeau | Jodoin Lamarre Pratte | Architectes en consortium

Client : Ville de Dolbeau-Mistassini

Ingénieur structure : Dessau-Soprin (aujourd’hui Stantec)

Ingénieur électromécanique : Le Groupe Roche (aujourd’hui Norda Stelo)

Scénographe : Go multimédia

Acousticien : Legault et Davidson

Graphiste : Uniform

Consultant en code : Technorm

Entrepreneur général : Constructions Unibec

Surface : 2 630 m²

Coût de projet : 9.3 M$

Réalisation : 2005 à 2009