Colour Selection Process for Buildings

CONFERENCE: NOVEMBRE 30, 2016 - 13h30

Colour selection plays a major role in the public’s perception of a building. A building’s particular colour can reflect the material’s naturally occurring appearance, or result from variously applied coatings. In this seminar, Paul Laurendeau will present a case study on the award-winning Amphithéâtre Cogeco in Trois-Rivières, Québec, recipient of a Governor General’s Medal in Architecture where a colour selection process yielded the bold, eye-catching red cladding chosen for the building.


L’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières : les explications derrière le projet.

La couleur a un impact majeur sur la perception d’un bâtiment. Elle doit être cohérente et renforcer son usage. Est-ce toujours le cas ?

L’histoire suivante décrit comment le choix de couleur a été déterminé pour l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières inauguré en juillet 2015.

Photo de la façade nord de l’amphithéâtre prise le 6 juin 2015. Résultat final du choix de couleur. Crédit photo © Marc Gibert – adecom.ca

L’Amphithéâtre Cogeco est un projet que j’ai remporté suite à un concours d’architecture en 2011. À la présentation finale, les façades extérieures et le dessous du grand toit étaient de couleur noire. J’avais prévu du rouge uniquement pour les sièges du parterre.

Image soumise au concours en 2011. Le soffite de toiture est de couleur noire. Image © mir.no

J’ai limité le rouge aux sièges par crainte de sursaturer les surfaces. Selon mon opinion à cette étape, le rouge servait à dynamiser le noir mais il ne devait pas devenir la couleur principale.
Le noir et le rouge se complètent.

Le noir met en valeur les couleurs, dont le rouge plus particulièrement. Des tests effectués de rouge avec du gris ont montré que l’impact du rouge diminuait.

Vue de l’auditorium soumise au concours en 2011. Les sièges sont les seuls éléments de couleur rouge. Image © mir.no

Durant l’évolution du projet, j’ai remplacé progressivement des surfaces noires par des rouges.

« Paul, votre bâtiment va être austère. Cela me fait penser à des bâtiments que les allemands conçoivent. Les Allemands produisent des bâtiments très précis, mais ils manquent de vie. » Serge Vézina

Serge Vézina, l’ingénieur en structure, m’avait un jour fait part de ses réserves quant à l’usage important du noir et du gris. Je ne croyais pas qu’il avait entièrement raison, mais la question devait être adressée.


Suggestions du consultant en éclairage

La première modification de couleur a été provoquée par Gilles Arpin, consultant en éclairage. La cage de scène était à ce moment de couleur aluminium pour alléger le noir.

Vue de la façade arrière au 4 décembre 2011. La cage de scène est revêtue d’un parement en aluminium réfléchissant qui crée des réflexions avec le ciel et le paysage.

J’avais prévu le revêtement sur la cage de scène en aluminium réfléchissant. Gilles Arpin avait suggéré de modifier la couleur du revêtement.

Vue de la façade arrière du 5 juillet 2012. La cage de scène et le bâtiment d’arrière-scène sont revêtus d’un parement métallique de couleur gris très foncé, presque noir. Le rouge ajouté sur le mur intérieur du foyer est alors confiné aux espaces intérieurs.

« Il faut que le bâtiment vibre le soir. Si le revêtement est gris très foncé ou réfléchissant, les projecteurs d’éclairage ne vont pas produire de luminosité. Il y aura des points chauds. L’éclairage ne servira à rien. Si tu ajoutes un peu de rouge dans le noir, la lumière va faire vibrer le noir et la surface. Tu ne verras pas le rouge, mais il sera là. » Gilles Arpin
 

J’ai effectué des recherches sur internet pour trouver la couleur noir et rouge. Je suis tombé sur la charte de couleur RAL (www.ralcolor.com) qui comporte une couleur « Rouge noir ».

 
 

La couleur RAL 3007 Rouge-noir ne me convainquait pas complètement. Il y avait une teinte de brun visible dans l’échantillon de couleur.

Vue arrière avec la façade de la cage de scène de couleur RAL 3007. La façade basse est de couleur aluminium.

Vue arrière avec la façade de la cage de scène de couleur RAL 3007. La façade basse est de couleur noire.

Des tests ont été effectués sur le revêtement de la façade basse.

Entre le noir et l’aluminium, le noir rapetisse et fait disparaître le volume des espaces de bureau sous la toiture qui elle-même est de couleur noire.

Cette perception est cohérente avec la vision architecturale d’avoir un grand toit comme élément dominant qui vient contenir la géométrie du projet sous son emprise.


Le Musée Reina Sofia à Madrid provoque des changements

Durant les vacances de Noël 2013-2014, la construction de l’amphithéâtre était en cours. Les revêtements sur les façades extérieures n’étaient pas encore installés.

Je suis allé à Madrid voir le musée Reina Sofia de l’architecte Jean Nouvel. Ce bâtiment comportait un grand toit avec des caractéristiques semblables à l’amphithéâtre de Trois-Rivières.

Cette expérience m’a permis de voir en réalité à quoi pourrait ressembler le résultat final à Trois-Rivières. J’avais des craintes que les modèles informatiques ne transmettent pas toujours fidèlement l’expérience réelle.

Toit du musée Reina Sofia à Madrid.

J’ai constaté, avec étonnement, que la sous-face du toit était de couleur rouge vif et que le rouge n’était pas oppressant — contrairement à ma première appréhension.

Au loin, avec les ombrages, la couleur semblait plus foncée, semblable au RAL 3007 Rouge noir.

Vue du soffite du toit du musée Reina Sofia avec éclairage.

La surface très réfléchissante provoquait des changements de teintes allant du noir au rouge au blanc, selon l’angle d’observation. Le rouge avait un effet vivifiant et allégeait la toiture.

Ceci m’a convaincu que je devais modifier le degré de lustre de la peinture de 30 % à 100 % pour aller chercher les réflexions et les nuances de couleurs ambiantes.

Les reflets de lumière permettaient de briser l’omniprésence du rouge en intégrant la lumière indirecte pour modifier la perception.

Vue de la façade arrière au 10 février 2014. Suite au voyage à Madrid, le soffite et la cage de scène ont été modifiés pour la couleur RAL 3007.

De retour à Montréal, nous avons effectué des simulations avec le soffite. Le noir a été remplacé par le Rouge noir RAL 3007. La cage de scène et le soffite étaient maintenant de la même couleur.


La cage de scène devient rouge éclatant

La visite au musée Reina Sofia à Madrid avait dissipé en grande partie les craintes sur l’usage du rouge.

Le musée de Jean Nouvel comportait également un volume sous le toit qui abritait un auditorium. Il était de couleur rouge vif très lustré.

Volume arrière du musée Reina Sofia à Madrid. Architecte : Jean Nouvel

Ce volume est similaire à la cage de scène de l’amphithéâtre : une forme détachée sous un toit. Le rouge vif du Reina Sofia m’a incité à faire d’autres tests de couleurs.

Vue de la façade arrière au 10 février 2014. Des tests de couleur avec rouge vif sur la cage de scène.

Le choix d’un rouge vif pour la cage de scène créait une différence entre les murs et le soffite sous le grand toit.


Les panneaux de profil écaille réfléchissent la lumière

La cage de scène devait être revêtue de panneaux d’aluminium verticaux de 1.2 mm d’épaisseur en forme d’écaille avec un long côté de 310 mm et un petit côté de 75 mm. La modification du sens de côté produisait des réflexions lumineuses différentes.

Détail en plan du profil écaille de type RM3 qui recouvre le volume de la cage de scène. L’asymétrie des panneaux produit des réflexions lumineuses différentes si le sens des panneaux est inversé.

J’ai constaté la différence des réflexions sur les vues informatiques quand il a fallu que je détermine de quel côté mettre le long côté du panneau. Afin de conserver la symétrie, j’ai choisi d’orienter les panneaux dans des sens opposés de chaque côté de l’axe central de la façade.

Surprise, j’ai vu que le rouge n’avait pas la même teinte de chaque côté. L’orientation avait un effet. La différence de réflexion découpait la longue façade en plus petites sections. Ceci me semblait un avantage puisque c’était une grande surface sans échelle.

Dans un courriel après le concours, l’architecte présidente du jury Anik Shooner, me faisait la recommandation suivante :


« N’oubliez pas la façade nord »
 

Il fallait rendre intéressante une façade sans fenêtre et pour les accès de service.

Je sentais qu’il y avait un potentiel pour traiter cette façade d’une manière intéressante et de briser son échelle avec les découvertes que je faisais avec les couleurs.


L’alternance régulière de deux couleurs

La découverte des réflexions m’avait incité à faire d’autres tests, avec quatre variations d’orientations.
Un jour, j’ai eu l’idée de faire un test en alternant deux couleurs entre chaque panneau : rouge et noir.

Vue de la façade arrière en février 2014. Des tests de couleur sont réalisés avec des panneaux rouges et noirs en alternance.


L’alternance irrégulière de trois couleurs

Les résultats ont provoqué de nouvelles idées, dont celle d’ajouter une deuxième teinte de rouge pour avoir trois couleurs : noir, rouge moyen, rouge vif.

Vue de la façade arrière en février 2014. Des tests de couleur sont réalisés avec trois couleurs de panneaux répartis irrégulièrement.

Les trois couleurs ont été disposées selon un positionnement aléatoire mais contrôlé. Le résultat a produit des effets inattendus.

Vue de la façade arrière en février 2014. Des tests de couleur sont réalisés avec trois couleurs de panneaux répartis irrégulièrement.

Un rendu informatique de nuit a été produit pour simuler l’effet des couleurs sous l’éclairage. Les panneaux donnaient l’apparence d’un rideau de théâtre, ce qui était inattendu.

Les rendus de nuit ont révélé que l’éclairage à la base des colonnes monumentales frappait la face du soffite et faisait ressortir le rouge. L’effet était très semblable à celui observé sur la sous-face du toit du musée Reina Sofia à Madrid.

Échantillons montrant des agencements de couleur.

Échantillons montrant des agencements de couleur.

Les rendus confirmaient que la réalité de l’amphithéâtre serait probablement fidèle au modèle informatique.


La Ville aime l’effet de rideau

Je voulais éviter que l’alternance des couleurs ne soit un effet éphémère et que cette disposition vieillisse mal à long terme.

En sollicitant des avis, l’option des 3 couleurs aléatoires était largement favorisée.

La Ville a également préféré cette opinion.

Choix final des trois couleurs pour peindre les panneaux d’aluminium du revêtement écaille de la cage de scène :

Photo de façade nord de l’amphithéâtre prise le 20 octobre 2014. Les panneaux de trois couleurs en alternance en cours d’installation. Crédit photo © Marc Gibert – adecom.ca


La couleur du soffite modifiée

J’ai remarqué dans les tests de février 2014 une disharmonie de teinte entre le RAL 3007 Rouge noir du soffite de couleur RAL 3003 Rouge rubis de la cage de scène. L’éclairage à la base des colonnes faisait ressortir cette différence.

Combinaison de couleurs incompatibles et peu harmonieuses à cause du brun dans le rouge noir :

 

Test de couleur sur échantillon de panneau perforé peint RAL 3007 (à gauche) et RAL 3004 (à droite). La réflexion bleue de la lumière modifie l’apparence de la surface.

Afin d’améliorer la composition, des tests ont été effectués en remplaçant la couleur du soffite de RAL 3007 Rouge noir à RAL 3004 Rouge pourpre.

Vue de la façade arrière le 4 avril 2014. L’image de droite présente une harmonie de teinte entre le revêtement du mur de la cage de scène et le soffite.

Image de gauche : RAL 3007. Image de droite : RAL 3004.

Le Rouge pourpre RAL 3004 du soffite est plus riche.

Combinaison de couleur finale harmonieuse :

Il aurait également été possible d’utiliser le RAL 3003 ou le RAL 3005 pour le soffite. Cependant :

-    Le RAL 3005 serait trop semblable au RAL 3007 avec des teintes de brun.
-    Le RAL 3003 pourrait verser dans l’excès.

Le RAL 3004 offrait une tonalité semblable au RAL 3003 tout en étant plus foncé. Je l’ai choisi

Photo de l’amphithéâtre prise le 6 juin 2015 montrant le soffite RAL 3004 au lever du jour. Crédit photo © Marc Gibert – adecom.ca


Éclairer le rouge avec le rouge

Gilles Arpin, consultant en éclairage, m’avait conseillé en début de projet d’utiliser des filtres rouges pour éclairer des surfaces rouges. C’était selon lui une technique pour rendre le rouge encore plus éclatant.

we ef L4_FLB440M.jpg
 

C’est ce qui a été fait pour les murs de la cage de scène avec l’alternance des 3 rouges.

À la base des colonnes monumentales, il n’y a aucun filtre de couleur. Ceci aurait modifié la couleur métallique aluminium des colonnes.


La couleur des colonnes monumentales

Du concours au chantier, la couleur des colonnes a été aluminium.

J’ai effectué des tests en début de projet avec la couleur or et grise. Les résultats n’étaient pas concluants. Le fini métallisé semblait le plus approprié avec sa brillance.

Couleur des colonnes au concours et tel que construit. Image © mir.no.

Malgré que la couleur du soffite soit passée du noir au Rouge noir au Rouge pourpre, j’ai toujours trouvé la couleur claire de l’aluminium appropriée pour les colonnes.

Les colonnes de couleur aluminium captent la lumière et se fondent dans le ciel. Crédit photo © Marc Gibert – adecom.ca

La peinture utilisée pour peindre les colonnes monumentales est un revêtement de finition acrylique polyuréthane à deux composants avec un lustre très brillant.

Fabricant : International d’Akzo Nobel
Produit : Interthane 990
Couleur : Quicksilver

Charte des couleurs métallisées d’International. La couleur Quicksilver utilisée pour les colonnes est la première couleur, la plus pâle.

Charte des couleurs métallisées d’International. La couleur Quicksilver utilisée pour les colonnes est la première couleur, la plus pâle.

La peinture a été appliquée sur place, une fois les colonnes érigées. À cause des vents, l’application a été effectuée au rouleau avec nacelle afin d’éviter des dépôts et éclaboussures sur des surfaces adjacentes.


Stratégie de modification durant la construction

Les changements de couleurs les plus importants ont été effectués durant le chantier de construction.

En général, un changement n’a pas ou peu d’impact sur le coût de construction, ce qui permet une certaine souplesse.

J’avais également prévu dans le devis des clauses pour permettre des changements de couleur et des tests.

Pour les colonnes monumentales, le devis en architecture prévoyait :

Pour fin d’approbation par l’Architecte et pour fin de référence et de standard de qualité pour les travaux à suivre, appliquer selon le système de peinture prescrit et/ou à définir et à confirmer, un échantillon sur place sur la base d'une des 8 colonnes monumentales qui sera désignée par l'Architecte, sur le périmètre complet, sur une hauteur de 2 mètres, afin de démontrer le fini métallisé de la peinture, sa brillance, les réflexions, l'aspect visuel que donne la méthode d'application. Attendre l'acceptation de l'Architecte avant de prévoir l'achat de la peinture, au cas où des changements seraient effectués. Prévoir faire 2 tests supplémentaires avec des produits métallisés concurrents pour comparer les finis.

Une telle clause, au moment de l’appel d’offres, n’est pas susceptible de faire augmenter les prix des soumissions. Si cette possibilité n’a pas été prévue, demander des tests de couleur par la suite pourrait donner lieu à des demandes de coût supplémentaire.


Conclusion

Les couleurs, avec l’éclairage et la volumétrie des espaces, sont un des trois éléments qui a le plus d’impact sur un bâtiment.

Prévoir des couleurs correctement est un travail crucial et consomme moins de temps que d’élaborer des détails complexes qui n’auront pas la même portée.

Pour être en mesure de juger des couleurs, il faut :

1. Effectuer des tests sur des échantillons de bonne dimension.
2. Produire des rendus informatiques de l’ensemble du bâtiment.
3. Produire des vues de jour et de nuit avec éclairage.
4. Prévoir l’éclairage avec un filtre de la même couleur que la couleur à éclairer.


Model virtuel vs photographie

Vues façade ouest. Crédit photo © Marc Gibert.

Vues façade ouest. Crédit photo © Marc Gibert.

Entre le rendu informatique et une photo du bâtiment construit, il n’y a pas de différence significative.

Cette comparaison démontre que des rendus informatiques correctement exécutés peuvent permettre d’anticiper le résultat final.